BULLETIN D’INFORMATION DU PRÉSIDENTS, MARS 2012/ PRESIDENT’S NEWS LETTER MARCH 2012

FR

PRESIDENT’S NEWS LETTER MARCH 2012

Dear Members,
It was a pleasure to receive you in Brussels for our AGM ON 24/02/12 and 25/02/12.
I, along with the EFO Board, would like to thank you for your input into what were some very positive meetings over the two days...

 

Each member country presented an account of the status quo of Osteopathy in their country and you will find shortly on our website a summary of each presentation provided by that country’s President.

 

The main topics discussed at length were the CEN process which has now commenced, the continuation of the merger between EFO and FORE, the re-working of our statutes and he voting in of new members.

 

As voted unanimously by you, our members, at our AGM, we have progressed the CEN project with our colleagues at FORE.

With a clear majority from the 28 countries involved, approval of the European Project Committee on ‘Services of Osteopaths’ was reached and the kick-off meeting took place on 07/02/12 in Brussels hosted by Dr Hermann Huemer of the Austrian Standards Agency and chaired by myself.



 

 

The meeting was well represented by most of the interested countries and it particularly pleasing to see eight representatives from Germany, who having initially voted against the project, had now changed their stance and announced that they were firmly behind the CEN standard.

There has been much debate about the CEN project and what it will offer osteopathy in Europe. The key issue here is what it will offer osteopathy in Europe as CEN standards would provide a foundation for osteopathy across national boundaries and issues. By setting the very highest of standards of education and practice it will act as a fence against those claiming to be osteopaths who have undertaken minimal training. It will also provide a ‘showcase’ to promote a profession that takes patient protection seriously and commits itself to the delivery of excellent standards of patient care. It ensures that osteopathy cannot be damaged by those who would use it to promote their own self interests. In the view of the EFO Board, and that of many osteopaths world wide, the CEN process is essential to the future well being of the profession in Europe.

The merger with FORE is still in its infancy, and as I am sure that you are all aware, Osteopathy is a small profession and is dwarfed by other health care professionals such as doctors and physiotherapists. However, it presents a threat to these professions and its values and benefits are challenged by these other professionals.

It is important, therefore, that Osteopathy positions itself as one united profession and tackles the issues surrounding recognition of Osteopathy in Europe with one voice, behind one banner and preventing those outside the profession from exploiting the differing views and opinions within Osteopathy.

 

 

Merging with FORE, in the correct manner, will give us the platform to achieve this in Europe.

Following recent changes in Belgian law, it was agreed to form a working group chaired by board member Thierry Camail to re-work our statutes to make them fit for purpose.

I am pleased to report that the group comprising of Eric Gery, J J Sarkassian, Eric Doblare and Thierry Camail met in Brussels earlier this month to begin the work and have them ready to be voted in at our EGM in June.

We welcomed a new member into EFO ranks in February, as Romania were voted in as full members. In addition, the Association des Ostéopathes du Québec, Canada have requested associate membership of the EFO and once our statutes have been amended, we hope to welcome them in as well.

 

I have just recently returned from a weekend of Osteopathic International Alliance (OIA) meetings in Louisville, U.S.A very kindly hosted by the American Academy of Osteopathy.

It was pleasing to see many European colleagues present from Belgium, France, UK and Italy to name but a few and I look forward to meeting with them again in Paris in September at their AGM.

One of the important pieces of work that the OIA are centering on at present is a ‘Status report’ WHICH IS ENTERING ITS ‘2ND PHASE’. This will compliment the WHO Benchmark document, which is seen in some quarters as unsatisfactory for the osteopathic profession and will benefit again mainly those countries where osteopathy is in its infancy.

 

 

 

To facilitate this, the OIA will be conducting a survey (including EFO members) to try and capture a ‘snapshot’ of the profession-in other words what, why and how osteopaths work at present. This survey will be sent to all EFO members via email within the next 2 months.

It has been a week of travel as I find myself on a Eurostar on a Saturday afternoon returning from the ‘Salon d’ Osteopathie’ in Paris where with Michael Watson and Thierry Camail we gave a lecture on and answered questions on the CEN project.

 

 

As mentioned earlier, we believe that the EFO Board believe that this project is essential to the continued growth and health of Osteopathy in Europe.

Having all Osteopaths from all over Europe behind it can only be but beneficial to Osteopaths in the long term.

 

With kind regards,

 

Jonathan Bailey-Teyletche

Bsc (Hons)Ost, Eur Ost DO

 

BULLETIN D’INFORMATION DU PRÉSIDENTS, MARS 2012

 

Chers Membres,

 

Ce fut un réel plaisir de vous accueillir à Bruxelles lors de notre Assemblée générale annuelle, les 24 et 25 février 2012.

Je m’associe au Conseil de la FEO pour vous remercier de vos contributions à ces deux journées d’une réunion très positive.

Chaque pays membre a fait état du statu quo de l’ostéopathie dans son pays et vous pourrez lire sur notre site une brève synthèse des exposés des Présidents des différents pays.

 

Les principaux sujets, qui ont été l’objet d’une discussion plus approfondie, ont été le processus CEN qui vient de s’amorcer, la poursuite de la fusion entre la FEO et FORE, le remaniement de nos statuts et l’adhésion de nouveaux membres sanctionnée par votre vote.

 

Dans le respect de votre vote unanime lors de l’Assemblée, nous avons fait avancer le projet CEN avec nos collègues de FORE.

À une claire majorité des 28 pays concernés, le Comité du Projet européen sur les « Services des ostéopathes » l’a approuvé et la réunion de lancement du projet a eu lieu le 7 février 2012 à Bruxelles. Le Dr. Hermann Huemer de l’Agence autrichienne de normalisation en a été l’amphitryon alors que je l’ai présidée.

 

 

 

La plupart des pays concernés y étaient représentés et nous nous sommes particulièrement réjouis de la participation de huit représentants d’Allemagne, qui avaient voté à l’origine contre le projet. Ils ont revu leur position et ont annoncé qu’ils appuyaient fermement la norme CEN.

Le débat sur le projet CEN et ce qu’il apportera à l’ostéopathie en Europe a été long, la question essentielle étant effectivement ce qu’il apportera à l’ostéopathie en Europe. À l’instar des autres normes CEN, il assurera une base commune à l’ostéopathie au-delà des frontières et des problèmes nationaux. En établissant des normes très pointues en matière d’éducation et de pratique, il construira une barrière protectrice contre ceux qui se prétendent ostéopathes alors qu’ils n’en ont qu’une formation minimale. Il façonnera une vitrine de la promotion d’une profession qui prend au sérieux la protection du patient et s’engage à lui offrir un service de la meilleure facture. Il mettra l’ostéopathie à l’abri de ceux qui voudraient l’utiliser pour promouvoir leur propre intérêt. Dans l’esprit du Conseil de la FEO et de nombreux ostéopathes de par le monde, le processus CEN est indispensable au bien-être à venir de la profession en Europe.

 

La fusion avec FORE en est encore à ses premiers balbutiements et vous le savez tous, je n’en doute pas, l’ostéopathie est une petite profession, éclipsée par d’autres professionnels de la santé, tels que des médecins et des physiothérapeutes. Elle est une menace pour ces professions. Ses valeurs et bienfaits sont donc mis en cause par ces autres professionnels.

 

 

Il est, par conséquent, important que l’ostéopathie se positionne, qu’elle s’affiche unie sous le même porte-étendard et prête à se faire entendre d’une seule voix face aux problèmes que connaît la reconnaissance de l’ostéopathie, empêchant ainsi les éléments extérieurs à la profession d’exploiter les avis et points de vue divergents au sein de la profession.

 

Suite aux modifications introduites récemment dans le droit belge, il a été décidé de créer un groupe de travail présidé par un membre du Conseil, Thierry Camail, pour remanier nos statuts et les mettre ainsi en conformité avec ce nouveau droit.

Je suis heureux de pouvoir vous annoncer que le groupe composé d’Eric Gery, de J. J. Sarkassian, d’Eric Doblare et de Thierry Camail s’est réuni à Bruxelles, au début du mois, pour amorcer le travail et assurer que les amendements statutaires soient prêts à être votés lors de l’Assemblée générale extraordinaire qui doit se tenir en juin.

 

Nous avons accueilli un nouveau membre à part entière au sein de la FEO en février, l’adhésion de l’organisation roumaine ayant recueilli un vote favorable. Par ailleurs, l’Association des Ostéopathes du Québec, Canada, a été invitée à nous rejoindre en tant que membre associé après amendement de ses statuts. Nous espérons la compter également parmi nous dans peu de temps.

 

Je suis revenu il y a peu d’un week-end de réunions de l’Alliance internationale (Osteopathic International Alliance – OIA) à Louisville, Etats-Unis, où nous avons profité de l’hospitalité de l’American Academy of Osteopathy.

 

Ce fut agréable d’y retrouver de nombreux collègues de Belgique, de France, du RU et d’Italie, pour n’en citer que quelques-uns, et j’attends avec impatience le mois de septembre prochain pour les revoir à Paris lors de leur Assemblée générale annuelle.

Un des grands chantiers de l’OIA est actuellement un « Rapport sur le statut » QUI EST ENTRÉ DANS SA DEUXIÈME PHASE. Il complètera le document de Référence de l’OMS (WHO Benchmark), qui est qualifié par d’aucuns d’insatisfaisant pour la profession d’ostéopathe mais qui profitera essentiellement aux pays où l’ostéopathie a vu le jour tout récemment.

Pour réaliser ce travail, l’OIA organisera une enquête (notamment auprès des membres de la FEO) pour essayer de saisir une cartographie actuelle de la profession, en d’autres termes, ce que font aujourd’hui les ostéopathes, pourquoi et comment. Elle sera adressée à tous les membres de la FEO au cours des deux prochains mois.

Ce fut une semaine de déplacement qui se conclut par ce dernier voyage en Eurostar, ce samedi après-midi, de retour du « Salon d’ostéopathie », à Paris, où Michael Watson, Thierry Camail et moi-même avons fait un exposé et répondu aux questions sur le projet CEN.

Comme évoqué, nous croyons, à l’instar du Conseil, que ce projet est essentiel à la croissance et au maintien en bonne santé de l’ostéopathie en Europe.

Que tous les ostéopathes européens l’appuient ne peut qu’être bénéfique aux ostéopathes à long terme.

 

Très cordialement,

Jonathan Bailey-Teyletche

Bsc (Hons)Ost, Eur Ost DO